Comment fonctionne une locomotive à vapeur?

Le foyer (1) contient le feu, élément essentiel au fonctionnement de la locomotive. L’eau froide (2) est chauffée par les tubes (3) et se transforme en vapeur. Elle devient légère et s’accumule dans le dôme (4) d’où elle est acheminée (5) en plus ou moins grande quantité dans les cylindres (6).  La vapeur pousse les pistons (7) dans un sens puis dans l’autre. Ce dernier entraîne avec lui l’embiellage (8) et les roues de la machine. La cheminée (9) expulse les échappements composés de vapeur et de fumée en attisant le feu. Les soupapes de sécurité (10) permettent l’expulsion rapide du surplus de vapeur si trop de pression s’accumule dans la chaudière. 

NOS LOCOMOTIVES À VAPEUR

LA MISE EN CHAUFFE DE LA MACHINE À VAPEUR

C’est la première étape de la journée du vaporiste (celui qui conduit les locomotives à vapeur). Cette étape consiste à mettre la machine sous pression afin d’utiliser la vapeur pour rouler.

La mise en chauffe dure généralement 1h30. Durant ce temps, le vaporiste prépare la machine et le reste de la mécanique pour la journée. Il lubrifie les bielles (système qui entraîne les roues) et toutes les pièces mobiles de la locomotives pour éviter le frottement du métal qui pourrait déformer les pièces.

UNE MÉCANIQUE BIEN HUILÉE…

La mécanique est une part importante dans le fonctionnement du Swiss Vapeur Parc. La révision des machines, l’entretien et l’extension du circuit, les réparations courantes et l’évolution du matériel roulant constituent un important travail pour notre responsable technique et son équipe.

L’équipe technique dispose d’un atelier entièrement équipé et réalise une grande partie des travaux d’entretien et de construction. Le concours de tiers ou d’entreprises partenaires est néanmoins nécessaire pour certains travaux.

Comment fonctionne une locomotive électrique

Les locomotives dites “électriques” fonctionnent grâce à une génératrice (1) essence (2). Les informations provenant du poste de conduite (3) sont traitées par un automate (4) et influencent les deux moteurs électriques (5) placés au-dessus des deux boggies. Les moteurs entraînent les essieux (6) à l’aide d’une chaîne. 

Nos locomotives électriques

« Une odeur de charbon et de vapeur s’élève, un coup de sifflet retenti, le quai grouille de voyageurs, le train entre en gare. Bientôt les pelletées de charbon s’entassent dans le foyer et le mécanicien entame son travail de graissage de la mécanique rutilante… »

L’INFRASTRUCTURE ET LA SIGNALISATION

Le circuit du Swiss Vapeur Parc permet de rouler avec des trains à deux écartements différents:
5 pouces (127 mm)
7 pouces 1/4 (184 mm)

Les aiguillages permettent aux trains de changer de direction. Ils sont tous construits “sur mesure” par notre mécanicien.
Étape 1: le train, guidé par les boudins de ses essieux, ira tout droit en roulant sur les rails représentés en vert.
Étape 2: le train tournera à gauche en empruntant le chemin représenté en vert. 
Les lames sont actionnées par de l’air comprimé et un vérin. Les aiguillages doivent régulièrement être nettoyés, huilés, graissés et entretenus afin d’assurer un bon fonctionnement de l’ensemble. 

Il existe une multitude de signaux régulant le trafic ferroviaire. La signalisation représentée au Swiss Vapeur Parc est calquée sur la signalisation réelle et est totalement fonctionnelle. Elle permet de réguler le trafic et d’indiquer la position des aiguillages.

On appelle “images des signaux” la position et la couleur des lumières allumées sur un signal. Toutes les images sont à connaître pour rouler sur le circuit. Elles donnent en temps réel aux conducteurs les informations nécessaires concernant la vitesse, la direction et l’occupation de la voie.

X